archive-de.com » DE » A » ART-IN-SOCIETY.DE

Total: 283

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Leen Lybeer & Vincent Halflants - Retrospective in Aarschot, Belgium - --------------------------------------------------------------------

    (No additional info available in detailed archive for this subpage)
    Original URL path: /AS12/VL/V+L.html (2016-04-25)


  • Luc Piron, Landscapes / Landschappen - --------------------------------------------------------------------------------------

    (No additional info available in detailed archive for this subpage)
    Original URL path: /AS12/LP/Luc.Piron.html (2016-04-25)


  • Editorial - --------------------------------------------------
    layman what I observed The www google com page that I had just opened with the Firefox browser began to dance rather than remain steady Typing became slow and erratic when attempting to type the name of my email provider Hotmail The H wouldn t appear at first but then there were many hhhh then I tried again and got an h and an empty space before the o would follow Then part of the page THE SCREEN began to turn black I managed again to solve the problem at least on the surface level I ran my antivirus program which found no virus But it s a tool which tells me regularly that parts of my software are password protected and cannot be screened My computer seems to be a dual core computer which has two partitions C and D On Monday May 18 2015 I let the antivirus software screen D which contains Windows software On that Monday morning May 18 2015 the antivirus software identified what it termed a threat describing its degree of severity as high The antivirus program said it had identified MBR Cidox C RTK giving its filename or the name of the infected file as pagefile sys The program informed me that it would attempt to repair or isolate the file I got no further information On May 22 2015 the computer was again attacked It was on that same day I think that the modem ceased to function It took time to solve the problem this time I was finally able to go online again on June 25 2015 When I was able to update Windows on June 25 2015 the first update I was able to start since May 19 2015 I was informed that 10 important updates would be installed including the June version of the Windows tool for the removal of malicious software After completing the download of the Windows update files I was informed on June 25 2015 that only 9 filed were installed One file was not installed Windows gave me the number code of the problem or mistake that had occurred Was the file that the computer was not able to install the malicious software removal tool Is this in order not to remove a government Trojan in order to keep the backdoor open In July 2015 the mouse ceased to be able to point at things again The problem disappeared when I replaced the mouse by a new one but soon the new one was afflicted by the same problem too I can only formulate a hypothesis that the frequency of problems that occurred in April May 2015 and again in early July 2015 when the upload of Art in Society 15 and Street Voice 6 was completed is no accidental thing but connected with my remarks posted on Facebook and with the content of Street Voice issue 6 and perhaps also the new Art in Society issue even though I would say that the progressive bias of these new issues is a very mild one that normally should be tolerated But then there was this assessement uttered on the Facebook timeline that Street Voice is left wing and surveillance personnel can be far more conservative than editors of printed mainstream publications A year before the attacks occurred also at a time and I think in the context of publishing new Art in Society and Street Voice issues online Since late September 2014 until March 2015 no such critical online publishing activities on my part occurred and no attacks occurred 2014 As I told friends and colleagues last year the computer was severely attacked in late August and early September 2014 while being in the last phase of uploading ART IN SOCIETY 14 the anti war issue that remembered August 1914 and also when I was uploading Street Voice 5 Typical problems faced in late August 2014 and still in Sept 2014 included a FREEZING COMPUTER SCREEN experienced also in March 2015 impossibility to exit the internet impossibilty to point the mouse at anything and use it to click on something a black screen etc Such recurring obstruction made it impossible to complete work on ART IN SOCIETY 14 and on STREET VOICE 5 in time I will now proceed chronologically with an incomplete account of attacks moving forward from 2003 to 2013 2003 or 2004 In 2003 or 2004 I was using a COMPAQ computer that I had bought for my publication activities in the late hours of the day in my office which was in the small building mainly occupied by the Airport Design Center of Aachen Technical University RWTH Aachen Institute of Technology My computer was linked to the server of the airport design center When my computer was attacked they had big problems and deconnected me from their server I got a separate internet access thereafter 2005 In 2005 this computer was again attacked and made useless An old friend gave me a new computer so I could continue my work which may have been perceived as unwelcome because like others I was critiquing the illegal war on Iraq and the war in Lebanon for instance in Urban Democracy www urban democracy org 2006 If I m not mistaken the next computer was destroyed by a virus attack in mid or late 2006 A married couple two old friends bought a second hand Vaio notebook for me in late 2006 I think that it arrived by mail in early January 2007 2007 In late January 2007 the hard disk Festplatte as they say in Germany of my Vaio notebook was destroyed It could not be reconstituted or repaired the guy at the computer repair shop said My old friends who had given me the Vaio bought a new hard disk for me I don t know any more how many times I have erased all content on this repaired Vaio notebook with its new hard disk between 2007 and 2014 installing

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/AS15_Editorial.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Magdi Youssef, Pour une Démocratisation / Démystifiction du Théâtre - ----------------------------------------------
    était dans son premier élément d ou émanent toutes ses formes et ses problématiques serait il risqué de dire que le théâtre constitue un modèle gestuel et interactif qui prend une position artistique donc indirecte plutôt médiatisation vis à vis de la nature et de la société dans un contexte historique déterminé Et que cette position exprime souvent une relation conflictuelle entre les idées dominantes et des idées dominées dans une société donnée liée aux rapports entre les gens de cette société à travers son approche de patrimoine du théâtre et des modèles qui lui sont propres Si nous supposons sur le plan dialectique qu une société donnée venait d être débarrassé de toutes formes de conflits ou de différences il serait possible que cette société ait son théâtre ce théâtre revêtira mêmes deux aspects contradictoires le premier aspect confirmera la conception ou l illusion prévalant qu il n y a pas de vraie différences dans cette société aspect probable généralement dans le théâtre de divertissement et de consommation où le spectacle se termine traditionnellement par une fin heureuse Happy End Le second aspect en revanche serait un théâtre de lumière qui favorise son chemin sur les zones d ombre et les illusions lumières dans les esprits des spectateurs pour les éveiller et les impliquer dans la découverte de leur réalité Dans les deux cas tout dépend de la manière avec laquelle il aura abordé et traité le patrimoine de la représentation théâtrale et ses modèles Cette méthode en elle même ou ce modèle théâtral est en soi une position vis à vis des relations entre les hommes qui ne sauraient être qu éclairante ou obscurcissante selon qu elle met en évidence les illusions des participants à cette relation sociale bien déterminée et qu elle essaie de fortifier en illusions par un discours dramatique susceptible de l accentuer ou bien de les démasquer et les mettre à nu Mais la chose étonnante n assiste t on pas souvent à un théâtre traditionnel dans ses outils sa scène et ses coulisses et parfois dans son interprétation alors qu il est critiqué et éclairant quant aux questions qu il traite stimulant aussi chez les spectateurs méditations et réflexion allant jusqu à apporter un plus aux problèmes qu il pose Entre temps nous trouvons un théâtre d expérimentations s essoufflant à la recherche des dernières modes reconnues dans des contextes socioculturels différents généralement occidentaux ou s inspirant du patrimoine populaire propre s essoufflant à sa société et s essoufflant à sa culture de façon purement formelle le vidant ainsi de son contenu réel II devient aussi avec son expérimentation de pure forme plus loin de pouvoir satisfaire les besoins de ses spectateurs et de son peuple de s impliquer dans un jeu ouvrant devant eux des horizons de réflexions et de méditations que cela pourrait arriver mais le théâtre de lumière même émanant des entrailles du théâtre traditionnel est le plus souvent porteur d ajouts aux techniques du théâtre expérimental De son côté le théâtre expérimental reste incapable de dépasser cette tendance et même de la développer Les expériences historiques qu on a connues les besoins humains les plus rudimentaires aussi compliquées qu elles soient le théâtre a souvent recours à la compensation de ces besoins en utilisant des techniques en sens technologique du terme qui d emblée semble d un extrême éblouissement comme la fait ERWIN PISCATOR dans son exil newyorkais en conservant un théâtre exauçant le rêve de supériorité technologique américaine ce qui lui a valu le titre de citoyen d homme est un hommage spécial de la ville New York Mais n est il pas venu à l esprit que ce qui a poussé PISCATOR à ce théâtre technologique était son échec à poursuivre ses expérimentations théâtrales populaires dont il a semé les germes en Allemagne durant les années vingt 5 Mais il serait de bon augure de constater que le coût énorme du théâtre technologique a rendu son imitation impossible dans la plupart des pays du monde dont les peuples vivent de l importation des denrées qui servent à fabriquer leur pain quotidien à laide de prêts américains accordés au taux du marché Face à ce théâtre technologique exagérément complexe dans sa configuration s active un théâtre très modeste que j ai pu voir en marge du festival de théâtre à Avignon off festival au courant de l été 1975 La troupe s appelait la tempête et elle se composait de maghrébins émigrés en France qui avaient opté par le théâtre comme moyen d expression afin de communiquer aux autres leur cause ainsi que leurs préocupations L objectif était de communiquer avec les autres dans la quête d une solution rationnelle à leur situation abjecte La pièce présentée avait pour titre ça travaille ça travaille et ça ferme sa gueule Pour assister à la représentation je m étais installé sur un simple banc de bois que je partageais avec d autres spéctateurs Je venais d avoir une journée éreintante que j avais passée debout dans un train bondé de Paris à Avignon et où j avais toutes les peines du monde à trouver un endroit où poser le pied durant tout le trajet par un temps de canicule Il était donc onze heures du soir et je m étais installé sur ce banc de bois prêt à continuer mon sommeil que j avais commencé lors d une représentation précédente un monologue dont le thème était l expatriation de Nazim Hikmet le poête turc dans son exil comme réfugié politique adulé loin de son pays qu il chantait dans ses poêmes La réprésentation était plus qu ennuyeuse avec la prestation univoque j avais profité de l obscurité de la salle pour sombrer dans un profond sommeil dont je ne m était réveillé qu au son des applaudissements qui me fit comprendre quele spectacle venait de prendre fin C est pour cette raison que installé sur ce banc de bois après cette représentation soporifique je m apprêtais à continuer mon sommeil Mais à peine avais je commencé à suivre la nouvelle représentation que j oubliai ma fatigue et mon infortune comme si j avais dormi plus de dix heures La pièce théâtrale avait pour thème le drame de l émigré maghrébin de condition modeste en France Elle montrait comment il était abusé dans son pays par le recruteur de main d oeuvre qui lui faisait traverser avec ses semblables les frontières de l émigration clandestine comme on l aurait fait d un troupeau des moutons Elle montrait également comment le fonctionnaire préposé aux frontières fermait les yeux en échanges d un pot de vin On voyait aussi comment étaient livrés ces hommes aux entrepreneurs qui les utilisaient dans les travaux routiers et le bâtiment tout comme ils subissaient l oppression et le racisme sur la vie publique dans leurs lieux d habitation ainsi que sur leurs lieux de travail et tout ceci pour ne reçevoir en fin de mois qu une partie de leurs salaires et parfois même pas car ils ne pouvaient s adresser a personne pour défendre leurs droits n ayant aucune éxistance légale dans ce pays La situation de ses opprimés que l on désigne par le vocable les sans papiers était des plus insupportables elles l est d ailleurs toujours au point que trente sept d entre eux entamèrent une grève de faim en 1973 pendant la période transitoire qui suivit le décès de G Pampidou Ils allèrent jusqu à menaser de s immoler par le feu si l ensemble des maghrébins travaillant clandestinement ne recevaient pas les documents légalisant leur résidence et leur travail en France Ils refusèrent en outre de voir leur propre situation régularisée en échange de quoi il devait mettre fin a leur mouvement ce qui poussa les autorités françaises à faire la promesse d étudier leurs revendications Durant cette grève de fin les protestataires s étaient mis a scander des chansons qui disaient ce qu ils subissaient comme oppresion humiliations racisme et exploitation dans leurs expatriation Les gens sympathisants avec eux affluerent Il y avait certes des maghrébins mais également des citoyens français qui se mirent a chanter avec eux en arabe les chansons qui dénoncaient ce qu ils enduraient comme situation en dépit des moindres droits humains C est de l évolution spontanée de cette action qu est né un mouvement culturel de l émigration maghrébine en France plus éxactement dans les quartiers périphériques de Paris et des autres grandes villes la Goutte d or dans le quartier de Barbès à Paris et que l on peut qualifier de ghetto ainsi que dans le midi de la France spécialement à Aix en Provence et Marseille Ce mouvement culturel visait à combattre le racisme ainsi que l exploitation dont étaient victimes ces modèstes travailleurs dans la société française en montrant leur patrimoine maghrébin lyrique théatral et divertissant dans le cadre de festivals et manifestations culturelles altérnatifs aux programmes culturels officiels que s évertuaient a promouvoir les mairies d Avignon et d Aix en Provence pour attirer les touristes étrangers Et j étais un de ceux là Je venais d Allemagne ou j éxercais comme professeur d université pour assister au festival théâtral d Avignon dont j avais tellement entendu parler Ma chance fut donc d avoir été réveille de mon profond sommeil dans lequel m avait plongé les spéctacles de ce festival célèbre par la représentation de cette troupe qui ne comptait dans ses rangs aucun acteur professionnel Plus que cela cette troupe n avait eu recours au théâtre que pour communiquer avec le publique en utilisant un moyen inhabituel afin de lutter C est pour cette raison que je propose dans mon discours théorique le discours de l interférence culturelle que les chercheurs puissent avoir la possibilité d une approche contrastive des différences socio culturelles objectives afin d éviter toute ambiguité dans la perception des signes et innotations culturels propres à un système de valeurs et de culture different Par cette rechèrche contrastive et par conséquant comparative il est possible de transformer l interférence au sens négatif entre les civilisations en intéraction positive entre elles basée sur une percéption consciente des différences objectives entre l être et l autre sans faire de l être le centre ni marginaliser l autre sans non plus se fondre de manière éperdumant romantique dans l autre mais plutôt en entretenant avec l autre des rapports tels qu ils permettent une percéption plus claire de la réalite socio culturelle de l être et par voie de conséquence une plus grande capacité a enrichir l être et également l autre pour que cesse l injustice et l oppression à l encontre de ceux qui donnaient la représentation comme portes paroles de près d un million et demie d arabes émigrès sans papiers officiels leur autorisant le travail et la résidence dans la France de l époque milieu des années soixante dix Certains citoyens français jouaient avec eux quelques rôles dans cette représentation et parmis eux une femme Mme Clancy professeur de philosophie dont le mari M Clancy professeur de théatre à l université de Vincènnes actuellement université Paris VIII aidait la troupe non professionelle en jargon spécialisé dans la mise en scène L écriture quand à elle était colléctive et ne perdait pas de vue l objectif premier de la pièce se libérer de l injustice et de l oppression J avoue que je n ai compris quelques signes de la représentation qu après en avoir discuté avec quelques acteurs militants luttant pour leurs droits par le moyen du théâtre et ils m éxpliquèrent ce qui m avait échappé Il s avera que certains de ces signes dévoilaient des personalités publiques connus à l époque pour leur hostilité vis à vis des étrangers et leur situation difficile C était donc un théâtre de libération qui visait à mettre fin à l oppression et la duprie dont étaient victimes les émigrés arabes et appelait les spectateurs à soutenir leur cause et se solidariser avec eux dans leurs revendications C est pour cela que ce théatre modeste avait réussi à transgresser les barrières du théâtre conformiste centré sur ses stars narcissiques et le dépassa de très loin au point de casser la barrière artificielle qui séparait la scène et le spéctateur devenant ainsi un phénomène culturel dont la presse française de l époque se fit l écho en reconnaissant la supériorité évidante A Aix en Provence le même mouvement culturel présenta d autres oeuvres théâtrales luttant pour les droits spoliés des émigrés en France Parmi celles la à titre d exemple la pièce Vive la France immigre silence qui utilisa le patrimoine de la Halka le théatre en rond venant de l Afrique du Nord dans un spéctacle de rue a Aix en Provence La pièce commencait par la scène d un groupe de touristes étrangers suivant un guide qui leur décrit les jets d eau d Aix et vantant son vieux quartier C est à ce moment qu un émigré maghrébin s adresse à l un des touristes et lui dit Tu ne voudrais pas voir le vrai visage d Aix Le guide interloqué met en garde le touriste contre l arabe mais le touriste faisant fi de la mise en garde du guide suit l arabe pour voir le vrai visage de cette ville légendaires L arabe l entraine alors dans une maison sombre menacant ruine lui fait gravir des escaliers fort usé brulant et le fait entrer dans une pièce pleine de lits sur lesquels les gens dorment encore car c est un jour de conge hebdomadaire Le touriste stupéfait lui demande alors Vous tenez une réunion ici L arabe immigré lui repond en souriant Une reunion Nous nous vivons tous ici Plusieurs dizaines dans cette pièce mal aérée aux murs et au plafonds rongés Malgré cela nous payons les loyés les plus élevés pour béneficier de ce haut standing Puis il ajoute Suis moi je vais te montrer le meilleur Et il l entraine vers la cuisine d ou emanent des odeurs désagréables Le touriste se met le mouchoir sur le nez et demande à sortir immédiatement de cet endroit ce quoi l immigré lui replique Tu vois Toi tu ne peux pas rester ici quelques instants alors que nous nous y vivons des années et des années C est ça le miracle de la vie à Aix la vie des travailleurs étrangers C est ça le vrai visage de cette ville Le touriste étranger retourne alors auprès de ses compagnons leur raconter ce qu il a vu et ce que eux n ont pu voir de ce drame Cette pièce ou s effaçaient les barrières entre le théâtre et la vie était jouée à Aix en Provence sur la voie publique et le publique se mettait en rond tandis que les acteurs les gens concernes par la cause et pour laquelle ils militaient en la théâtralisant entraient dans le cercle de la représentation et en sortaient pour s intégrer au public qui les entourait puis retournaient dans le cercle pour interpreter leurs rôles et ainsi de suite Très souvent le public intervenait dans la représentation pour soutenir s opposer ou sympathiser ce qui provoquait un débat improvisé entre lui le public et les acteurs militants avec l armé du théâtre pour leurs droits spoliés Et leurs improvisations n avaient rien a envier à leurs rôles écrits à l avance C est que la structure fondamentale de la pièce non seulement autorise ce type d improvisation mais elle l integré a sa strategie comme élement essentiel dans le processus de communication dramatique avec le public Il en a resulté que la langue utilisée dans ce théâtre en rond n était pas fixée à l avance mais elle dépendait de la composante du public qui formait le cercle S il était composé d arabes immigrés par exemple la représentation était donné dans l arabe parlé marocain algérien tunisien et si le public était français c était la langue française qui était privilègiée S il arrivait que le public était composite alors la représentation mêlait le français et l arabe une sorte de franco arabe et il pouvait arriver que la langue utilisée passa du français à l arabe ou l inverse suivant les recompositions du public au cours de la représentation Et quand cette représentation fut donnée à Marseille voilà un quart de siècle et que le public fut rejoint par les marins pêcheurs qui étaient en grève pour appuyer leurs revendications vis a vis des patrons de pêche les ouvriers de la pêche mirent les filets de pêche sur les épaules et improvisèrent une pièce théâtrale qu ils composèrent immediatement Dans cette pièce ils représenterent la duplicité des patrons pêcheurs qui les abusaient quand il s aggissait de leur verser leurs revenus qui correspondaient à la quote part de la cargaison arretée d un commun accord Or les marins pêcheurs ne recoltaient que les miettes du fruit de leur labeur que voulaient bien leur verser les patrons pêcheurs après que ceux ci eurent vendu le résultat de la pêche sur les marchés sans leur contrôle strict Bien sur les patrons prétendaient toujours que les cours des poissons étaient bas alors qu ils mettaient dans leurs poches la difference entre le prix de vente réel sur le marché et le prix qu ils déclaraient avoir obtenu et sur la base duquel ils calculaient la quote part revenant comme convenue aux marins pêcheurs Ainsi nous voyons que la halka le théâtre en rond venue du maghréb ne s est pas seulement greffe au patrimoine théatral en France processus designe dans la théorie de l acculturation par le concept d acculturation inversee et que je designe dans mon discours théorique par l interaction socio culturelle qui s oppose à l interférence socio culturelle C est donc ainsi que le théâtre de la Halka maghrébin a non seulement enrichi le théâtre français en lui apportant la spontaneite le lien direct avec les besoins culturels et sociaux du publi mais

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/MagdiYoussef1.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Miriam Dessaive, Brecht in Karachi - ---------------------------------------------------
    Everything is changeable Alles ist veränderlich he quoted Brecht with apparent pleasure I asked the members of the group the question why they perform as actors in addition to their professions and obligations of everyday life A young man who presented himself selfconfidently as a steelworker but in fact wasn t anymore as some people of the group objected saw the process of becoming more conscious in the course of his trade union activity confirmed by his theater related work and simultanously made fruitful for others A university student who is operating together with likeminded others an evening school for children and adults in a slum and who has initiated a children s theater group that is performing plays of the Grips Theater in Urdu sees in this theater work a possible starting point to effect change regarding the way people think The success of their work was related to the fact that for the first time plays were performed for workers that talked to them about their own matters Theater is also a form of social communication about oneself opined a young doctor who works in a psychiatric clinic and who wants to show especially the exceptions as symptoms of society The liveliness and sense of commitment that this group revealed is perhaps owed to the fact that all of them are amateurs of the theater with the exception of the two mentors Aslam and Mansoor who does the translations For traditionally trained Pakistani actors it would certainly be very difficult to relate to Brecht Perhaps it is also owed to the present situation of social fermentation which could be balanced by a saturated satisfaction The first play by Brecht that the group performed was The Exception and the Rule Die Ausnahme und die Regel followed by The Yeah Sayer and the Nay Sayer Der Jasager und der Neinsager and Life of Galilei Leben des Galilei Saint Joan of the Stockyards Die heilige Johanna der Schlachthofe as the most recent Brecht production was performed in the street in front of 5 000 industrial workers on last year s May Day Centennial of the trade union The success of the performance was stunning according to reports by members of the group Repeatedly slogans of the democratization movement were voiced When there was a power failure during a performance ten minutes before the play s end the audience replied with a storm of yes shouts when asked whether they wanted to see the remaining part nonetheless Spontaneously the headlights of a few cars were turmed towards the stage and thus at least the problem of lighting was taken care of During a demonstration on the following day that the troupe took part in the slogan All workers are brothers was expanded by adding and sisters Nusrat who performed the role of Saint Joan saw in this an effect of the play Woman as a comrade in arms this is no longer selfunderstood now that the beginnings of the emancipation of women

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/Brecht-in-Karachi_en.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Brecht en Karachi - -----------------------------------------------------
    sei Während der Demonstration am nächsten Tag an der sich die Truppe beteiligte wurde der Slogan All workers are brothers erweitert um den Zusatz and sisters Nusrat die Johanna Darstellerin sah darin eine Wirkung des Stückes Die Frau als Mitstreiterin keine Selbstverständlichkeit mehr da die Ansätze der Frauen Emanzipation von ihrer traditionellen Rolle der Re islamisierung wieder zum Opfer gefallen sind Einer der im Stuck ein Arbeiter gewesen war wurde trotz seines bürgerlichen Habitus am nächsten Tag umstandlos mit seiner Rolle identifiziert und von den Arbeitern aufge fordert mit ihnen einen Tee trinken zu gehen Obwohl erst Die heilige Johanna als Straßentheater aufgeführt wurde hält die Gruppe diese Form für die wirksamere trotz mancher Umsetzungsprobleme bei komplexeren Stucken wie dem Galilei das Theater wird denen gebracht die nicht gewohnt sind ins Theater zu gehen mehr Menschen werden erreicht es entsteht mehr spontane Kommunikation zwischen Spielern und Publikum Straßentheater ist zudem die Form die den Möglichkeiten der Gruppe entspricht Die Mitglieder arbeiten unentgeltlich die Einnahmen an der Theaterkasse mit nominellen Eintrittspreisen bei Arbeiterpublikum und aus dem Verkauf von Programmheften müssen die Kosten für Saalmiete Technik Werbung decken Lediglich das Goethe Institut unterstützt Brecht und Grips Aufführungen Da ist besonders bedauerlich daß das Projekt eine Radioversion des Galilei auf Urdu über die Deutsche Welle auszustrahlen an den hohen Lizenzgebuhren des Suhrkamp Verlages scheiterte wie Aslam erzählte Der Galilei ist bereits auf Sindhi aufgelegt die bisher benutzte Urdu Übersetzung ist jedoch noch unveröffentlicht ebenso eine Übertragung von Brecht Gedichten ins Punjabi Die Gruppe hat sich inzwischen mit Mansoor eine eigene Übersetzung ins Urdu erarbeitet auf der Grundlage der englischen Version von Desmond Vesey von 1960 die dem deutschen Original näher kommen soll als die englische Vorlage nach Aussagen von Kennern aller drei Sprachen Aslam spekulierte über die Verwandt schaft des Deutschen mit dem Urdu und zitierte wieder genußvoll einige Sätze aus dem Urdutext Dastak versteht sich als Teil und Auslöser einer Theaterbewegung Seit ihrer Gründung haben sich viele ähnliche Gruppen in anderen Städten gebildet selbst in Karachi noch einige mehr ehemalige Mitglieder rufen Ableger ins Leben Wie die Gruppe Ajooka heute in Lahore die den Galilei dort nachspielen wird Theaterspielen ist für sie eine Form sozialen Engagements in der die Theaterarbeit selbst nach dem Vorbild der Lehrstücke bewußtseinsbildend wirkt und in der jede Aufführung auch eine politische Veranstaltung ist Obwohl jedes Stück zwei Zensurstellen passieren muß bevor es zur Aufführung freigegeben wird sind die Mitglieder der Gruppe vor plötzlichen Verhaftungen nie ganz sicher dennoch können Aufführungsgeneh migungen unter Vorwänden verweigert werden wie bei der geplanten Aufführung von Die Ausnahme und die Regel Was Brecht gern von seinem Vers gehört hätte gilt hier für seine Stücke Die Schlechten fürchten deine Klaue Die Guten freuen sich deiner Grazie Die Konflikte zwischen ethnischen Gruppen und das Massaker vom Dezember waren der Anlaß dazu daß die Gruppe als nächste Produktion eine paki stanische Version der Rundköpfe und Spitzköpfe plant um über die Nützlichkeit von Rassenhaß für die Herrschenden aufzuklären Daß die Erfahrungen des Dritten Reiches trotz Wiedergutmachung

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/Brecht-in-Karachi_dtsch.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Girish Karnad's 'The Fire and the Rain' – performed by Phoenix, the experimental theatre group - --------------------------------------------------
    status Varadwaja s son Yavakri goes to the forest to attain enlightment from Indra and is blessed with Brahmagnyan after ten years Yavakri returns to avenge the death of his father and uses his former lady love Vishakha now the wife of Paravasu as a bait In the absence of Paravasu Vishakha is sexually exploited by her father in law and easily succumbs to the seduction of Yavakri As Raivya is aware of this he creates the Brahme Rakhshasha Kritya to kill Yavakri Vishakha comes to know that Yavakri has deceived her and pours out the charmed water that could have saved Yavakri Yavakri is murdered by Kritya Paravasu comes home secretly from the fire sacrifice and kills Raivya He plans to put the entire blame on his younger brother Arvasu innocent bold and unorthodox fiercely in love with a tribal girl Nittilai as vibrant and lively as Arvasu The blame of killing Raivya is cunningly put on Arvasu and the mob beats him severely Nittilai who is married away to a boy of her own caste leaves her husband to nurse Arvasu A local theatre manager offers Arvasu to take part in his play Arvasu has always wanted to act but had been barred from doing so by Paravasu and the society as a Brahmin is not supposed to act in a play But now Arvasu is already convicted and denies all social rules He plays the part of Vritra in the myth of Indra Vishwarup and Vritra Indra the king of Heavens is jealous of his brother Vishwarup and plans to murder him Vritra tries to protect Vishwarup but Indra drives him away and kills Vishwarup Paravasu reacts to watch the play within the play The fire sacrifice is looted by the hungry mob Nittilai is murdered by

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/FireRain/fire-and-the-rain.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • - --------------------------------------------------
    Performance of the Bengali Play The Fire and the Rain by Phoenix the Experimental Theatre Group Arvasu beaten by the villagers Kedar Banerjee as Arvasu Photo by Sukhendu Dewan go

    Original URL path: http://www.art-in-society.de/AS15/FireRain/firerain1.html (2016-04-25)
    Open archived version from archive



  •